Le mouvement Boko Haram dans la région du lac Tchad

Publié le :

Café actualité avec Christian Seignobos, géographe, directeur de recherche émérite à l’IRD
Entrée Libre
Dégustation de café du commerce équitable

Espace Martin Luther King
27 bd Louis Blanc - 34000 Montpellier
Arrêt tram Corum ou Louis Blanc

" Boko Haram puise ses origines à la fois dans le passé du plus ancien royaume musulman du Sahel, le Bornou, et dans l’histoire postcoloniale récente où les rapports de force régionaux ont tourné en défaveur de l’entité bornouane. Boko Haram éclot à la suite de la longue incubation religieuse islamiste que connut le bassin du lac Tchad.Mais ce sont des événements – l’exécution par la police nigériane du leader Mohammad Yusuf en 2009, suivie de la répression de ses fidèles – qui transforment un mouvement salafiste radical en un soulèvement de masse. S’avérant incapable d’en venir à bout, le Nigeria doit faire appel à ses voisins. Une coalition des armées des États du circum tchadien en 2015 libère les villes, mais la brutalité de la contre-insurrection renforce l’assise de Boko Haram parmi la population.

Après sept ans de sédition, le « mouvement » n’a pas pu être écrasé.... Il survit dans des bastions refuges, le lac Tchad en particulier.
Les gouvernements peinent toujours à administrer les zones reconquises sur Boko Haram et à y faire revenir les populations déplacées..."

(résumé de l’article " La région du Lac Tchad sous l’hypothèque Boko Haram - Christian Seignobos p. 63-86 ", paru dans le numéro 172 de la revue Herodote, consultable au CDTM)

Christian Seignobos est également l’auteur du beau-livre
« Des Mondes oubliés » (IRD Editions/Parenthèses, 2017, 310 p.)
consultable et empruntable au CDTM

Voir la video réalisée par Serge Tostain

Café-actualité CDTM

AgendaTous les événements